Mardi 29 septembre 2020

Dernière ligne droite avant le Vendée Globe !

Isabelle et le team Voile MACSF sont lancés dans un véritable marathon jusqu’au convoyage de l’IMOCA MACSF vers les Sables d’Olonne (fixé à la mi-octobre) d’où sera donné le départ du Vendée Globe 2020 ! A l’issue du Défi Azimut, l’équipe technique a effectué un dernier check-up du soixante pieds, au cours d’un chantier qui a duré près de deux semaines. De son côté, notre skipper multiplie les rencontres avec les médias, tout en menant de front ses formations techniques, la gestion de son avitaillement et la reprise des entraînements à partir de la fin de la semaine !

L’IMOCA MACSF s’octroie une révision complète avant le grand bain !

Le compte à rebours est lancé jusqu’au départ du Vendée Globe, le 8 novembre prochain. A un peu plus d’un mois du coup de canon, le team technique Voile MACSF est sur le pont, concentré sur les dernières mises à jour à apporter à l’IMOCA MACSF. Au retour du Défi Azimut, le soixante pieds d’Isabelle Joschke est entré en chantier pour un ultime check-up, avant de s’élancer à l’assaut du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Aux côtés d’Alain Gautier, team manager, Florian Giffrain, boat captain, a veillé au bon déroulement des opérations. Le team Voile MACSF s’est octroyé un chantier de deux semaines, légèrement plus long que prévu, afin d’assurer une révision complète du bateau et de cocher un maximum de cases sur la « job list » des points techniques à valider à bord.

« Ce dernier chantier a consisté en une révision complète du bateau avant son départ pour le Vendée Globe. L’objectif vise à boucler le maximum de dossiers avant d’arriver aux Sables d’Olonne. Une fois sur place, nous prévoyons de n’intervenir sur le bateau que pour de petites bricoles. L’IMOCA MACSF a été passé au peigne fin : nous avons optimisé les systèmes électroniques et informatiques,  apporté quelques modifications à l’intérieur du cockpit pour augmenter la sécurité et l’ergonomie de l’habitacle et nous finalisons le check-up complet du matériel de spare embarqué (matériel de remplacement .ndlr). Le bateau a également bénéficié de haubans flambants neufs et de nouveaux jeux de voiles pour effectuer son tour du monde. Un dernier petit coup de polish et il sera fin prêt ! »

Florian Giffrain, boat captain

« Notre objectif vise à avoir le bateau le plus fiable et sécurisé possible. Nous entrons dans la dernière ligne droite avant le départ du Vendée Globe, une phase où il faut être particulièrement vigilant au moindre détail. C’est maintenant qu’il faut penser à tout, après il sera malheureusement trop tard. Toute l’équipe était super concentrée pour finaliser ce dernier chantier dans les temps et permettre à Isabelle de se projeter rapidement dans son tour du monde »

Alain Gautier, team manager

Le bateau est attendu aux Sables d’Olonne le vendredi 16 octobre 2020, à 19h00 au plus tard. D’ici là, et ce dès sa sortie de chantier, l’IMOCA MACSF reprendra le large pour vivre encore quelques belles heures de navigation et d’entraînement au large de la ville aux cinq ports.

Une rentrée sur les chapeaux de roue ! 

La période de repos post-Défi Azimut aura été de courte durée ! Depuis la mi-septembre, alors que son bateau s’est fait chouchouter à l’abri des regards, Isabelle suit un emploi du temps de ministre : interviews, formations auprès de son équipe technique, rendez-vous et représentations obligatoires dans le cadre du Vendée Globe, suivi des derniers préparatifs avant le départ… La liste de ses occupations est longue ! 

« J’ai beaucoup de tâches à accomplir qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Je suis des petites formations dans tous les domaines techniques sur lesquels je vais devoir intervenir. Par exemple, j’ai longuement échangé avec notre gréeur (le fournisseur de cordages), qui m’a notamment expliqué comment réparer les bouts… En parallèle, il faut que je connaisse par cœur le matériel embarqué, je dois savoir à quoi il sert, comment l’utiliser. Toute cette période à terre est propice pour mettre au point tout mon avitaillement et achever la sélection des vêtements que je vais emmener sur mon tour du monde. C’est un travail de longue haleine, très morcelé. Entre le décompte des barres de fruit et chocolatées que je vais emporter, le changement de ma génératrice ou l’apprentissage de la vidange du système hydraulique de ma quille, il est facile de s’éparpiller et de perdre le fil ! Je dois rester concentrée si je veux effectuer toutes ces tâches le plus vite possible. J’ai encore le souhait d’utiliser les quinze derniers jours qu’il nous reste avant le convoyage vers les Sables pour m’entraîner ! »

Isabelle Joschke, skipper de l’IMOCA MACSF

Isabelle au chantier Lanic Sport Team, en pleine révision de son matériel de spare (matériel de remplacement)

Retour à la page d’accueil

error: Content is protected !!