Accueil > Le projet > Supports d’entrainement

du mini 6.50 à l’imoca

…petit bateau deviendra grand

Vous vous en doutez, le passage d’un bateau de 6,50 mètres de long à un navire de près de 18 mètres ne s’opère pas du jour au lendemain. Pour Isabelle, cette transition aura duré près de 10 ans. Aussi, du Mini 6.50, au Class 40, en passant par le Figaro, le gabarit de ses supports a graduellement augmenté pour lui permettre d’aborder plus sereinement la navigation en Imoca, monocoque de 60 pieds.
 

imoca

2017 – 2020

L’Imoca d’Isabelle est le premier monocoque conçu par le cabinet VPLP et l’architecte Guillaume Verdier pour le compte de Safran et Marc Guillemot. C’est un bateau mythique, très bien construit et précurseur de la nouvelle génération des 60 pieds. Il était mené par Yann Élies lors du Vendée Globe 2016 (5e place au classement général). C’est sans doute le meilleur bateau de sa génération, très fournie de 2007, et le plus à-même d’être transformé en foiler.

Sa pointe de vitesse n’est pas la plus impressionnante mais sa polyvalence lui permet de traverser les zones de transition plus facilement que les foilers. Le fait qu’il ne soit pas trop puissant lui permet d’être plus maniable que les bateaux plus récents.

Crédit photo : Yvan Zedda

Naviguer sur un Imoca est pour moi l’accomplissement ultime, c’est le « Graal » des monocoques ! Il s’agit d’un support sur lequel je rêvais d’évoluer depuis de nombreuses années, le symbole d’une nouvelle aventure. L’Imoca permet d’allier tous les plaisirs, notamment la navigation au large et la sensation de vitesse. Je vais devoir apprendre à composer avec un bateau compliqué, qui présente un panel très large de notions à apprendre et maîtriser. C’est un bateau qui réclame un engagement maximal, de l’anticipation et de l’organisation. Aujourd’hui, je me sens parfaitement à ma place sur ce circuit, je me sens vraiment prête pour cela.

Isabelle Joschke

class 40

2016 – 2017

Dévoilé au grand public lors du Salon Nautique de 2005, le Class 40 est un monocoque de 40 pieds (12,18 mètres). A la croisée du Mini 6.50 et de l’Imoca, ce voilier est le support d’entraînement idéal pour tout skipper rêvant de briguer un jour une participation au Vendée Globe. En effet, le Class 40 est un bateau simple, fiable et rapide, taillé pour la course et les grandes traversées, en toute sécurité.

Crédit photo : Thierry Martinez

Le Class 40 est un excellent tremplin avant d’appréhender gros bateau comme l’Imoca. J’y ai retrouvé mes repères de la navigation en Mini 6.50 ainsi que le plaisir de naviguer au large sur un bateau rapide.

Isabelle Joschke

figaro

2008 – 2015

Le Figaro Bénéteau est un monocoque de 9,14 mètres de long, adapté aussi bien pour la navigation en équipage que les régates au large en solitaire. Très maniable, ce bateau est taillé pour affronter différentes configurations de navigation, par tous les temps.

Crédit photo : Thierry Martinez

La Mini Transat a été un véritable déclic pour moi, qui a réveillé mon esprit de compétition.  En 2008, j’ai ressenti le besoin d’aller me frotter aux meilleurs régatiers de la course au large. En me lançant sur un nouveau support, le Figaro, j’ai volontairement fait le choix de concourir sur un circuit présentant un niveau sportif très élevé. Durant mes sept années passées en tant que figariste, j’ai le sentiment d’être montée en compétences et d’avoir énormément appris sur moi.

Isabelle Joschke

mini 6.50

2005 – 2007

Dévoilé au grand public lors du Salon Nautique de 2005, le Class 40 est un monocoque de 40 pieds (12,18 mètres). A la croisée du Mini 6.50 et de l’Imoca, ce voilier est le support d’entraînement idéal pour tout skipper rêvant de briguer un jour une participation au Vendée Globe. En effet, le Class 40 est un bateau simple, fiable et rapide, taillé pour la course et les grandes traversées, en toute sécurité.

Crédit photo : Jean-Marie Liot

Le Mini 6.50 m’a ouvert les portes du monde de la course au large. Lorsque je me suis lancée dans la Mini Transat, je n’avais pas encore le projet de faire carrière dans la voile en compétition. J’avais simplement envie de vivre une aventure ! Aujourd’hui, lorsque je regarde en arrière, je me dis que ces deux années de navigation en Mini représentent certainement la meilleure expérience de ma vie.

Isabelle Joschke

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !