Mercredi 16 septembre 2020

Objectifs atteints pour Isabelle et l’IMOCA MACSF sur le Défi Azimut 2020 !

Clap de fin du Défi Azimut ! Isabelle et l’IMOCA MACSF se sont alignés au départ de cet événement lorientais, organisé du 9 au 13 septembre, pour cinq jours placés sous le signe de la compétition et de la convivialité. Un rendez-vous important réunissant dix-sept des trente-trois skippers inscrits au Vendée Globe 2020, pour vivre une ultime confrontation avant le tour du monde à la voile. Bilan de cette 10e édition, qui a notamment vu Isabelle se hisser à la 3e place de l’épreuve phare du Défi Azimut, consistant en une boucle de 48h dans le Golfe de Gascogne !

Une dernière confrontation réussie

Présentée comme l’ultime tour de chauffe de la saison avant le coup d’envoi du Vendée Globe, l’épreuve reine du Défi Azimut, dont le départ a été donné le jeudi 10 septembre peu après 15h30 dans les Coureaux de Groix, a souri avec ses vents très légers à Isabelle Joschke. Cette boucle sur l’Atlantique a amené les dix-sept skippers participants à effectuer un parcours de près de 500 milles nautiques dans le Golfe de Gascogne, avec deux waypoints Azimut à contourner. Au terme d’un final à suspense, Isabelle, qui avait pris l’option d’aller chercher les petites risées au ras de l’Ile de Groix, a trouvé le bon souffle pour se hisser sur la 3e place du podium, quand de nombreux favoris sont restés englués dans la pétole au large de Lorient.

« Pour moi, les objectifs sont atteints. J’ai abordé cette compétition sans pression, dans l’idée de la vivre comme un entrainement, en confrontation avec les autres IMOCA. J’ai vécu une super course, avec des conditions magnifiques ! Il était prévu que le vent mollisse à l’approche de la ligne d’arrivée. Les premiers IMOCA de la flotte se sont retrouvés encalminés à l’ouest de la côte. De mon côté, j’ai suivi le routage initial et ai mis le cap sur Groix pour passer tout près de Pen Men. Cette stratégie s’est révélée payante et c’est à cela que je dois ma 3e place. Je me suis battue jusqu’au bout ! Je me suis fait plaisir durant cette course et c’est une réelle satisfaction. C’était très important pour moi de vivre ces sensations en confrontation avant le départ du Vendée Globe pour me rassurer et me montrer que, oui, je peux avoir de la réussite »

Isabelle Joschke

Découvrez le film des 48h Azimut réalisé par Ronan Gladu, médiaman embarqué à bord de l’IMOCA MACSF

Les navigatrices se sont particulièrement illustrées sur cette épreuve, avec trois femmes dans le top « 4 » de la course : Samantha Davies 2e, Isabelle Joschke 3e et Clarisse Crémer 4e, derrière le vainqueur Jérémie Beyou.

« Sur la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne, on a vu qu’on était dans le coup toutes les trois. Nous avons été de nouveau présentes. C’est chouette pour le message que l’on souhaite faire passer : on a peut-être des gabarits moins costauds que les hommes mais en réalité, nous avons autant de potentiel qu’eux »

… souligne Isabelle Joschke, engagée depuis 2012 pour l’égalité homme-femme à travers son association Horizon Mixité.

Une épreuve riche en enseignements

Le défi Azimut s’est révélé riche en apprentissages pour lsabelle, qui retire un certain nombre d’enseignements sur les aptitudes de son bateau dans des conditions de petite brise. Elle a aussi profité de cette dernière répétition générale en flotte pour se perfectionner sur les manœuvres :

« J’ai découvert de nouvelles voiles et mon bateau dans du temps assez léger. On a réussi à rester au contact de monocoques munis de dérive droite comme le Banque Populaire qui possède pourtant un meilleur potentiel dans ce type de conditions. Cette confrontation m’a permis à la fois de me jauger et de connaître les capacités de mon bateau. Jusqu’ici je n’avais pas rencontré ces conditions en flotte depuis que MACSF est équipé de foils. Avec Clarisse (Crémer), on a navigué dans un mouchoir de poche et j’ai pu ainsi mesurer les différentiels de vitesse au près, dans du temps médium. Les 48 heures solo m’ont été aussi bénéfiques : j’ai commis quelques erreurs sur des manœuvres, j’étais sur la réserve alors qu’il aurait fallu se montrer plus audacieuse, j’ai appris des techniques dans le petit temps pour perdre moins de terrain »

Isabelle Joschke

Un moment privilégié aux côtés des partenaires

Connu pour son état d’esprit bon enfant et convivial, le Défi Azimut offre l’opportunité aux skippers de partager des moments privilégiés avec leurs partenaires. Aussi, près de 16 collaborateurs MACSF ont fait le déplacement jusqu’à Lorient pour encourager leur skipper lors des runs de vitesse en équipage du mercredi, à l’issue desquels l’IMOCA MACSF s’est classé 8e, avec un temps de 3 min 51 sec et une vitesse moyenne de 18,70 nœuds. La journée du dimanche faisait la part belle au Tour de l’île de Groix en équipage. A cette occasion, Isabelle et son team ont embarqué plusieurs invités de marque, à l’instar d’Éric Mollard, directeur de la communication MACSF, et de Jean-Marie Corteville, fondateur de la course. Trois médias se sont joints à cette belle journée en mer : le Télégramme, Voile Magazine et l’Équipe.

Retour sur les résultats de l’IMOCA MACSF sur le Défi Azimut :

Runs en équipage : 8e place (3’51 min / 18,70 nds)

48h Azimut : 3e place (1j 21h 13min 59s)

Tour de l’île de Groix : 10place (2h 40m 21s)

Retour à la page d’accueil

error: Content is protected !!