Isabelle Joschke

Portrait d’une navigatrice engagée et passionnée

ISABELLE JOSCHKE

Portrait d’une navigatrice engagée et passionnée

Rien ne la prédestinait à devenir navigatrice, et pourtant…

Adolescente, Isabelle étudiait les lettres à la Sorbonne. Sa liberté, elle la découvrait en s’évadant dans les mots des autres, notamment dans les récits de la Grèce Antique. Mais lors de son année de Licence, un convoyage à bord d’un voilier lui a ouvert les yeux : son destin l’attendait ailleurs, et sa place était sur l’eau.

Ne vous fiez pas aux apparences : derrière ce petit gabarit se cachent une grande force de caractère et une détermination à toute épreuve ! A 40 ans, Isabelle Joschke dispose d’une solide expérience dans le milieu de la course au large, qu’elle a pu appréhender à bord de différents supports (Mini 6.50, Figaro, Class 40, Imoca). Engagée pour la mixité, elle entend bien rejoindre le cercle très fermé des femmes inscrites au départ d’un Vendée Globe, en briguant une participation sur l’édition de 2020.

LE VENDÉE GLOBE

Un ambitieux projet à l’horizon 2020

Cette course mythique autour du monde symbolise le rêve ultime de tout skipper évoluant dans le milieu de la course au large. Seuls aux commandes de leurs monocoques de soixante pieds, les concurrents embarquent dans une aventure qui les changera à jamais. A bord, les enjeux sont multiples : gestion des avaries techniques, navigation dans des conditions météo difficiles, sensation d’isolement, fatigue…

 Au-delà de l’immense challenge technique que cette course représente, le plus grand défi pour ces skippers consiste à tenir psychologiquement en se surpassant chaque jour. Au terme du voyage, la joie des retrouvailles aux Sables d’Olonne offre toujours un grand moment d’émotions.

Record détenu par Armel Le Cléac’h, le 19 janvier 2017

LE VENDÉE GLOBE

Un ambitieux projet à l’horizon 2020

Cette course mythique autour du monde symbolise le rêve ultime de tout skipper évoluant dans le milieu de la course au large. Seuls aux commandes de leurs monocoques de soixante pieds, les concurrents embarquent dans une aventure qui les changera à jamais. A bord, les enjeux sont multiples : gestion des avaries techniques, navigation dans des conditions météo difficiles, sensation d’isolement, fatigue…

Au-delà de l’immense challenge technique que cette course représente, le plus grand défi pour ces skippers consiste à tenir psychologiquement en se surpassant chaque jour. Au terme du voyage, la joie des retrouvailles aux Sables d’Olonne offre toujours un grand moment d’émotions.

Record détenu par Armel Le Cléac’h, le 19 janvier 2017

dernières actus du team

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

Suite au démâtage de son soixante pieds MONIN, survenu dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 novembre, Isabelle Joschke a vécu un voyage retour particulièrement éprouvant en direction de Lorient. Secouée par les vagues et à la merci des caprices du vent, la navigatrice a...

lire plus
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !