Publié le 20.09.2021

Défi Azimut : bilan d’une compétition « tout terrain »

Dernière échéance sportive avant la Transat Jacques Vabre – Normandie Le Havre, le Défi Azimut a offert à ses participants une rencontre pluridisciplinaire dans des conditions de navigation particulièrement variées. A bord de l’IMOCA MACSF, Isabelle a embarqué son team manager, Alain Gautier, pour cinq journées de compétition au large de Lorient, placées sous le signe de la performance, de la bonne humeur et de la convivialité.

Une préparation tout terrain pour la Transat Jacques Vabre

Le Défi Azimut – Lorient Agglomération a déroulé sa 11e édition du 15 au 19 septembre 2021. A cette occasion, quatorze IMOCA se sont donné rendez-vous à la Base de Lorient pour vivre, en duo, cette compétition multiforme incarnant le dernier jalon sportif avant la Transat Jacques Vabre – Normandie le Havre (départ le 7 novembre).

Au programme, trois formats de course distincts sur cinq journées de compétition, à commencer par l’épreuve des runs de vitesse au large de Groix (le mercredi), le parcours des 48 heures Azimut (du jeudi au samedi) et enfin le Tour de l’île de Groix en équipage (le dimanche).

Si les runs et le Tour de Groix se sont déroulés tout en finesse, sous un grand soleil et une mer plate, l’épreuve océanique de 48 heures a quant à elle mis les concurrents et leurs montures à rude épreuve. Après un départ sous un léger vent thermique, les duos engagés ont été cueillis par un front dans la soirée du jeudi, rendant leur progression beaucoup plus chaotique jusqu’à la première marque du parcours :

« Nous naviguons sous Spi depuis le waypoint Azimut 1, que nous avons passé dans la matinée. Ça a été un vrai réconfort car la nuit a été sportive. C’était vraiment infernal à bord. Nous n’avions qu’une hâte : que ça se calme ! Depuis le vent varie, avec des passages plus ou moins forts. Nous avons beaucoup manœuvré depuis le début de la course. La fin du parcours s’annonce plus clémente côté météo. On croise les doigts pour que le dernier bord de travers ne soit pas aussi chaud que celui de ce matin »

décrivait Isabelle dans un message du bord adressé le vendredi soir, alors que l’IMOCA MACSF évoluait en 9e position

Avec ses formats de régate multiples et une navigation dans la brise, à toutes les allures, cette nouvelle édition du Défi Azimut a offert à ses participants une grande répétition générale avant la Transat Jacques Vabre, exigeant polyvalence et maîtrise de son bateau.

Une course de 48 heures mémorable

Privée de Fabien Delahaye, engagé parallèlement sur la Solitaire du Figaro, Isabelle a fait équipe avec son team manager, Alain Gautier, sur l’épreuve des 48h, course au large de 550 milles nautiques déroulant son parcours entre trois bouées virtuelles dans le Golfe de Gascogne. Le duo, qui a déjà concouru ensemble en 2018 lors des Monaco Globe Series, n’affichait pas d’ambition de résultat, mais partait dans l’optique de tester de nouvelles voiles et de valider les derniers acquis avant la Transat Jacques Vabre.

Avec ses conditions météo particulièrement panachées, l’épreuve a répondu à toutes leurs attentes, en offrant à ses concurrents une navigation au près, puis au portant VMG et enfin un retour sur un bord de reaching rapide jusqu’à l’arrivée. Il aura finalement fallu une journée, 19 heures, 37 minutes et 40 secondes à Isabelle et Alain pour boucler le parcours. Le tandem a franchi la ligne d’arrivée en 8e position le samedi matin, aux alentours de 10h45.

De retour à terre, c’est avec le sourire aux lèvres, le ventre creux et l’envie d’une bonne sieste que les deux skippers ont partagé leurs impressions :

« C’était vraiment chouette, nous avons eu des conditions beaucoup plus variées que sur d’autres éditions du Défi Azimut. Ça nous a permis d’essayer le bateau, de le pousser, mais pas trop longtemps quand même car le foiler, quand il s’emballe, c’est quand même un truc de dingue ! Nous avons beaucoup navigué sous Spi. L’an dernier, je l’avais sorti de mes voiles pour le Vendée Globe. Du coup, j’ai totalement redécouvert le bateau en mode glisse. En raison des nombreux changements météo, nous avons été amenés à beaucoup manœuvrer. Nous sommes restés prudents sur les empannages afin de préserver notre bateau autant que possible »

Isabelle Joschke

« Le front de la nuit de jeudi a été rapide, et heureusement car ce n’était pas la partie la plus drôle. Après nous nous sommes retrouvés au portant avec une très belle journée sous Spi, où nous nous sommes régalés. Isa nous a fait une layline d’enfer pour arriver sur le point Azimut 3, dernière marque du parcours ! A ce moment-là nous avons pu dépasser Fortinet et Corum, avant que ce dernier ne revienne sur nous lors de la remontée vers Lorient. On l’aurait bien laissé derrière mais bon… C’était dur de se battre avec lui ! Avec Isa, notre binôme a bien fonctionné. Il faut dire qu’on commence à se connaître… (rires) »

Alain Gautier

Embarqué aux côtés du duo, Ronan Gladun, médiaman, n’a pas perdu une miette de la course. Dans une vidéo de 4’30 min, il nous offre de très belles images et nous faire vivre la compétition de l’intérieur !

Un temps de partage privilégié avec la MACSF

De par son aspect convivial, voire « intimiste », le Défi Azimut favorise les rencontres et les relations partenaires.

Ainsi, le mercredi, une vingtaine de collaborateurs MACSF ont fait le déplacement jusqu’à Lorient pour encourager leurs skippers sur l’épreuve des runs de vitesse. Si la majorité du groupe a embarqué sur un catamaran pour assister à la compétition sur l’eau, quatre collaboratrices ont eu la chance de vivre l’expérience de l’intérieur, en rejoignant le bord de l’IMOCA MACSF, aux côtés d’Isabelle, d’Alain et de Florian Giffrain, boat captain. La journée s’est clôturée par un temps d’échanges et de debrief sur les pontons de la Base. Le dimanche, deux nouveaux collaborateurs ont rejoint l’équipage MACSF pour le Tour de l’île de Groix.

« C’est toujours un immense plaisir de rencontrer les collaboratrices et collaborateurs qui travaillent pour la MACSF. Leur enthousiasme est contagieux et échanger avec eux nous offre un véritable coup de boost »

Isabelle Joschke

Résultats de l’IMOCA MACSF

Runs :  7e (07min 20 sec)

48h Azimut : 8e place (1j 19h 37min 40 sec)

Tour de l’île de Groix : 11e (02h 05min 44s)

Retour à la page d’accueil

error: Content is protected !!