Vendredi 14 novembre 2020

Ce matin, « Thêta » n’est plus qu’un lointain souvenir

Hier, cinquième jour de course, et après avoir traversé un premier front mardi soir, la dépression tropicale Thêta était au cœur de toutes les préoccupations au sein de la flotte des IMOCA engagés sur le Vendée Globe :

« Après 48h de navigation, j’ai décidé d’éviter la tempête qui se présentait devant mon étrave et dont je n’arrivais pas à bien appréhender le déplacement. Faire quasiment demi-tour pour éviter le plus dur, vu la position médiane que j’avais au sein de la flotte, m’a coûté bien cher dans le classement. J’ai également vu débarquer les fameuses avaries quotidiennes qui font elles aussi la légende du Vendée Globe. Et comme si ces sources de stress n’étaient pas suffisantes, il me faut ce vendredi contourner la dépression Thêta qui se creuse à vue d’œil… De quoi sera faite la suite, je ne le sais pas, mais une chose est sûre, c’est que je suis entrée dans l’aventure ! »

Isabelle Joschke

En cette matinée du 6e jour de course, notre skipper ne cache pas sa joie et son soulagement d’avoir (enfin) franchi ce premier passage à niveau franc, et ce sans encombre !

« Ça y est, la deuxième grosse dépression est passée. Je l’ai contournée cette nuit. Tout s’est bien déroulé donc c’est une très bonne chose. Ce n’était pas facile car la mer était très chaotique. Pour préserver le bateau, j’ai passé mon temps à ralentir, à réduire la voilure, à remonter le foil… »

Le front est désormais derrière eux ; Isabelle et l’IMOCA MACSF font route vers le soleil et les Alizés !

Retour à la page d’accueil

error: Content is protected !!